Le retour au travail après un congé de maternité

Du cœur au ventre

Le matin, café à la main, je passe de la cuisine au salon, puis, quelques pas plus loin, j’enfile mes pantoufles et j’entre dans mon atelier d’art transformé en bureau. Voilà, je suis arrivée au travail ! ­Quelle drôle de réalité en ce moment ! ­Un retour au travail après un congé de maternité, c’est déjà relativement difficile pour plusieurs mamans. Un retour au travail en temps de pandémie, c’est intense ! ­Madame ici présente se sent bien lente. Que dis-je, plus que lente, je dirais même « figée » ! ­Je ne me suis pas mis la tâche facile non plus en acceptant un nouvel emploi. Ouf.

Les fréquences d’allaitement se modifient, les tâches de la maison n’avancent pas comme avant, et le sommeil n’est pas encore à son meilleur (le ­sera-t-il un jour ?). Les dossiers s’empilent, et le cerveau a du mal à suivre. Les hormones, le corps, la maison, les enfants, la vie de couple, l’épicerie, le ménage : l’anxiété augmente, la charge mentale explose !
« ­Normal. »

Tellement plate de se faire dire que c’est normal et que le temps arrangera les choses…

Car, pour le moment, je me sens incompétente, j’oublie tout, j’ai peur de ne plus être celle que j’étais avant.

Voici ­quelques-uns de mes défis personnels avec des suggestions de solutions, que je ne mets pas toutes en pratique, mais qui pourraient ­peut-être vous aider.

Défi : L’appel du frigo
« ­Et si je me prenais quelques craquelins ? ­Ou ­peut-être un ­demi-pomelo ? ­Je vais me prendre un autre café. Un autre petit morceau de gâteau de la fête du bébé ! » ­Dans mon cas, le frigo est très amical : il me parle, je vous le jure !

Suggestions de solutions
• ­Préparer et laver les fruits et légumes à l’avance dès l’arrivée de l’épicerie.
• ­Manger assez de protéines pour se sentir rassasiée aux repas.
• ­Prendre des collations protéinées en matinée et dans l’­après-midi.
• Varier les repas pour garder l’alimentation intéressante.
• ­Boire de l’eau, se mettre une alarme pour finir au moins un verre d’eau par heure.
• ­Et surtout, s’observer ! ­Quand ­êtes-vous portée à manger ? ­Il y a des défis ou du stress au bureau ? ­Vous vous ennuyez ? ­Nous mangeons souvent en raison de nos émotions envahissantes. L’alimentation consciente est sans doute le meilleur atout, mais c’est tellement difficile quand nous sommes dans le feu de l’action !

Défi : ­La solitude
La maison est vide. C’est le silence. Je m’ennuie du bébé. Je m’ennuie de mes amies. De mon conjoint. Je me sens seule.

Suggestions de solutions
• ­Installer des photos de ses proches dans son bureau.
• S’inscrire ou se joindre à des groupes d’amies ou de gens qui ont les mêmes intérêts que soi, et planifier des rencontres en ligne à l’heure du midi.
• ­Favoriser les rencontres entre collègues via des ­plateformes où il est possible de se voir !
• Appeler un ami ou un parent à l’heure du lunch.
• ­Et vous, qu’­est-ce qui vous aiderait à vous sentir moins seule ?

Défi : L’immobilisme
Assise toute la journée ? ­Que ­pourriez-vous faire pour bouger un peu plus ? ­Un petit pas à la fois. Intégrer des exercices à sa routine, travailler debout, sortir invariablement le midi pour marcher ?

Suggestions d’ordre général qui peuvent donner un coup de main à votre moral pendant cette période tumultueuse
• ­Méditer, écouter de la musique douce.
• ­Prendre soin de soi, prendre ­rendez-vous chez la massothérapeute, l’ostéo et physio pour le plancher pelvien, au spa pour un facial ou des soins du corps ; aller se faire coiffer et changer de tête.
• ­Jeter ses vieux ­soutiens-gorges d’allaitement et miser sur du nouveau. Aller magasiner.
• ­Passer des soirées, collée avec le bébé et la famille.
• Regarder des séries télé ressourçantes ou divertissantes pour décrocher.
• ­Faire de l’art : peinture, crochet, tricot, danse, musique, poterie, alouette !
• ­Retrouver peu à peu ce qui fait du bien à l’âme.
• ­Ne pas hésiter à faire un suivi psychologique ou avec un coach, au besoin.
• Être honnête avec ses enfants, son conjoint, son patron sur son état du moment : ils ont notre santé à cœur !

La liste de défis peut être longue. La période de transition est réelle. L’accueillir comme un défi temporaire qui finira par passer peut aider à laisser aller l’inconfort. Aligner ses pistes de solutions là où on a du contrôle et où on peut influencer son ­bien-être. Laisser aller le reste.

Et toi, chère maman, quels sont tes défis du moment ? ­Quelles sont tes solutions ?

Ça va passer.

Nathalie Lauzon
Coach professionnelle, auteure et artiste
info@nathalielauzon.ca • www.nathalielauzon.ca

Par ­Nathalie ­Lauzon

À lire aussi

Par Marc Lefebvre