Qu’est-ce qu’une boîte à lunch gagnante?

ALIMENTATION

La rentrée scolaire amène son lot de défis, dont la préparation des fameux lunchs. Comment offrir une boîte à lunch gagnante à ses enfants? Voici les ingrédients essentiels pour maximiser ses chances de réussite.

Le contenant et ses contenants
Le choix d’une bonne boîte à lunch est crucial ; elle devrait être suffisamment grande pour loger tous les contenants alimentaires, assez résistante pour se laisser trimballer au quotidien et, surtout, facile à nettoyer avec un savon doux. Quant aux contenants, ce sont les produits robustes et étanches qui sont à privilégier pour éviter les fuites et dégâts. Le mot d’ordre : la qualité !

Autant pour le côté pratique qu’esthétique, les boîtes compartimentées (de type bento) sont un must ! Elles permettent de réunir dans un même plat tous les aliments du lunch, ce qui donne à tout coup un look attrayant. Pour accompagner la boîte, on privilégie des ustensiles compacts et durables. De plus, un contenant isotherme (de type thermos) nous donne la flexibilité d’offrir des repas chauds à notre enfant s’il n’a pas accès à un micro-ondes, et ça fait changement des traditionnels sandwichs !

Un lunch équilibré : c’est quoi ?
Assez parlé des contenants ; parlons du contenu ! La plus grande question que se posent la plupart des parents est incontestablement : quels aliments ont leur place dans la boîte à lunch de nos enfants ? En résumé : TOUS les aliments ! Il faut cesser de chercher à offrir une alimentation parfaite à tout prix. C’est une question d’équilibre et de variété.

Le Guide alimentaire canadien propose d’offrir des fruits et légumes, des aliments protéinés et des grains entiers à chacun des repas. Offrir ces types d’aliments en proportions équivalentes permettra d’assurer la bonne croissance de l’enfant. Pour les quantités de nourriture, il n’y a pas de portion standard. C’est l’enfant qui en décide puisque les besoins de chacun sont uniques et fluctuent au fil du temps. On doit apprendre à faire confiance à nos jeunes puisqu’ils sont des mangeurs intuitifs. En se fiant aux restants, on pourra évaluer si on a mis trop ou pas assez de nourriture, et s’ajuster en conséquence.

Les collations entre les repas jouent deux rôles importants : apaiser la faim et fournir suffisamment d’énergie pour patienter jusqu’au prochain repas. À cet effet, il peut être souhaitable de combiner un aliment protéiné avec une source de glucides : un combo gagnant !

Viser l’autonomie de l’enfant
Un lunch digne de Pinterest, c’est bien beau, mais encore faut-il que l’enfant puisse le manger ! Le choix de contenants faciles à manipuler est crucial, puisque le jeune doit être en mesure de les ouvrir et de manger de façon autonome. Pourquoi ne pas faire quelques séances de pratique avec lui avant la rentrée, afin qu’il puisse découvrir son nouvel attirail de repas ?

Afin de développer son goût pour la cuisine et la préparation des repas, on peut aussi inviter notre enfant à préparer son lunch. Par exemple, il peut feuilleter des livres de recettes et choisir ses favorites, couper ses crudités, préparer sa portion de yogourt, etc. Non seulement il mettra du sien dans la préparation de son lunch, mais ces petites tâches lui permettront aussi, petit à petit, de devenir plus autonome en cuisine et de se familiariser avec de nouveaux aliments !

Un lunch attrayant pour tous les sens !
On mange d’abord avec les yeux, et les enfants aiment trouver une petite touche ludique dans leur boîte à lunch. Cela peut même inciter notre enfant à goûter de nouveaux aliments, et ça, c’est gagnant ! On varie les présentations en proposant, par exemple, des aliments en brochettes ou encore coupés avec des emporte-pièces. Coupés en forme de dinosaure ou d’étoile, les poivrons et les carottes deviennent soudainement beaucoup plus attrayants. Sourires garantis !

À l’occasion, on pourrait préparer des lunchs thématiques (par exemple : des aliments rouges et/ou en forme de cœur pour la Saint-Valentin) ou un lunch spécial (un lunch déjeuner ou un minipita farci fait toujours fureur !)

C’est aussi important de ne pas se mettre de pression ! C’est correct de proposer en alternance des lunchs plus et moins créatifs.

Simple et facile à préparer
Les recettes qui demandent trop d’ingrédients sont décourageantes et prennent trop de temps à réaliser. Je suis une adepte des lunchs déconstruits de type pique-nique et des repas qu’on peut préparer à l’avance et congeler en portions individuelles pour le thermos.

Afin d’intégrer plus facilement la préparation des lunchs à la routine, il est essentiel d’avoir des aliments dépanneurs au garde-manger, au frigo et au congélo. D’ailleurs, le congélateur est notre allié et sauve la mise à plusieurs occasions ! Il permet de stocker des batchs de collations (muffins, barres, boules d’énergie, etc.) ou des restes de repas portionnés dans un moule à muffins. Pris au dépourvu ? Il suffit d’ouvrir le congélateur pour garnir le repas de notre jeune avec ces aliments « sauve-la-vie » !

Somme toute, il faut se rappeler qu’une boîte à lunch gagnante est, avant tout, une boîte à lunch remplie d’aliments que notre enfant aimera manger au quotidien et qui lui apportera sa dose de réconfort. Avec les bons outils et une certaine dose de créativité, on arrive graduellement à trouver la formule qui fonctionne pour notre famille. Bonne rentrée... et bon appétit !

MÉLANIE MAGNAN
Nutritionniste en pédiatrie, Dt.P., conférencière et auteure du livre Boîte à lunch.

Nutrimini - www.nutrimini.com
Facebook : @nutrimini.nutritionhappyInstagram : @nutrimini.nutritionhappy

Texte et photos par Mélanie Magnan

À lire aussi

Par ­Chantale ­Alvaer et ­Frédérique ­Fortier