REEE Atteindre ses objectifs grâce à l’épargne

Desjardins

Votre enfant fait ses premiers pas à l’école cette année, quelle grande étape ! ­Vous vous concentrez actuellement sur ce passage heureux : environnement à découvrir, nouvelles règles, groupe d’amis renouvelé, personnel enseignant à découvrir. Bientôt, l’initiation laissera place à la routine et à de nouvelles considérations : la scolarité de votre enfant ne fait que commencer, et la suite doit être planifiée. Contribuer à un régime enregistré d’épargne-études (REEE) dès maintenant permettra de financer les études ­post-secondaires de votre enfant qui pourra s’y consacrer pleinement, sans stress pécuniaire.

Et si on profitait de la rentrée automnale pour commencer à cotiser à un REEE? C’est plus simple qu’on le croit, et les avantages sont nombreux! On fait le tour du sujet en quelques questions.

Qu’est-ce que le REEE?
Le REEE permet d’épargner pour les études postsecondaires des enfants et de bénéficier de subventions gouvernementales qui viennent bonifier l’épargne. En déposant un montant chaque année, même petit, on reçoit ces subventions, et le placement fructifie à l’abri de l’impôt. D’où l’avantage de commencer le plus tôt possible! Tout le monde peut ouvrir un REEE pour un enfant: parents, amis, tuteurs, grands-parents. La personne qui ouvre le REEE est le souscripteur, et l’enfant désigné, le bénéficiaire. 

Comment obtenir des subventions?
Les subventions sont des incitatifs offerts par les gouvernements à épargner en vue des études postsecondaires des enfants. Elles sont calculées en pourcentage du montant cotisé dans un REEE. Les subventions de base sont les suivantes: la Subvention canadienne pour l’épargne-études est de 20 % (fédéral), et l’incitatif québécois à l’épargne-études est de 10 % (provincial). Au Québec, il est donc assuré de recevoir des subventions gouvernementales combinées d’un taux minimal de 30 % sur des cotisations annuelles allant jusqu’à 2 500 $, soit 500 $ au fédéral et 250 $ au provincial. Pour toute la durée de l’épargne, le plafond cumulatif de subventions par bénéficiaire est de 7 200 $ au fédéral et de 3 600 $ au Québec. Pour atteindre ce plafond, il faut avoir cotisé un montant maximal de 36 000 $. Il est toutefois possible de cotiser jusqu’à 50 000 $ par enfant, sans recevoir de subventions supplémentaires, si on décide de poursuivre l’épargne et de la laisser fructifier à l’abri de l’impôt. Sachez aussi que certaines subventions supplémentaires sont disponibles aux deux paliers de gouvernements en lien avec le revenu familial.

Est-il trop tard pour commencer à épargner si mon enfant fréquente déjà l’école primaire?
Pas du tout! L’idéal est évidemment de commencer plus tôt que tard afin de profiter du maximum de subventions et de laisser votre placement croître le plus longtemps possible. On peut ouvrir un compte REEE avant le 31 décembre de l’année des 15 ans du bénéficiaire et obtenir des subventions jusqu’à son 17e anniversaire. 

Et comment rattraper les subventions que j’aurais pu manquer?
Lorsqu’on cotise un montant de 2 500 $ par année, on reçoit le plafond annuel des subventions provinciales et fédérales. Il faudra donc épargner un montant supplémentaire par année pour aller chercher les subventions des années pour lesquelles aucune cotisation n’a été effectuée. Ce report des droits inutilisés est toutefois sujet à certaines limites. Un conseiller peut facilement vous aider à établir un plan d’épargne qui vous permettra de récupérer les subventions et à y voir plus clair par la même occasion. 

Est-ce que l’argent épargné est perdu si mon enfant ne poursuit pas ses études au-delà du secondaire?
L’argent cotisé n’est pas perdu, car le capital accumulé à travers les années appartient toujours au souscripteur. Sous certaines conditions, un autre ­bénéficiaire peut être nommé, par exemple un frère ou une sœur. Autrement, les subventions sont retournées au gouvernement, et les cotisations vous seront remises. Quant aux revenus de placement accumulés, le souscripteur peut les utiliser, sous certaines conditions, pour cotiser à son propre REER ou les encaisser (un impôt supplémentaire de 20 % doit alors être payé).

C’est le temps de m’y mettre! À qui dois-je m’adresser pour ouvrir un REEE et comment organiser mon budget en conséquence?
Pour être bien renseigné et guidé, le mieux est de prendre rendez-vous avec un conseiller, qui pourra évaluer vos besoins, votre situation et vous proposer un plan adapté au maintien de votre santé financière. En tant que souscripteur, vous pouvez par exemple déposer un montant unique annuellement ou procéder à des versements automatiques afin d’automatiser votre épargne. Demandez aussi à l’entourage de l’enfant d’offrir des sous si les coffres à jouets sont trop pleins, au moment des anniversaires ou d’occasions spéciales. Finalement, vous pouvez utiliser votre retour d’impôt pour cotiser au REEE. Le plus important à retenir est que chaque montant épargné compte!

Combien coûtent des études postsecondaires?
Avec cet outil de calcul, estimez combien coûteront les études de votre enfant.  

Cet exercice vous aidera à établir votre objectif d’épargne.

Découvrez le REEE Desjardins et offrez à votre enfant des études ­postsecondaires à la ­hauteur de ses rêves!

Par Desjardins

À lire aussi

Par ­Chantale ­Alvaer et ­Frédérique ­Fortier